Selon Stellantis l’industrie automobile est condamnée, à moins que…

stellantis

Le PDG de Stellantis, Carlos Tavares, nous a habitués à se plaindre de la direction et du rythme de l’électrification, en soulignant diverses conséquences négatives potentielles.

Il semble que Carlos Tavares ne soit pas le seul sceptique à l’égard des BEV chez Stellantis, puisque cette semaine, il a été rejoint par le directeur de la fabrication, Arnaud Deboeuf.

Selon Bloomberg, Arnaud Deboeuf a averti qu’après l’accord de l’UE visant à éliminer progressivement les nouvelles voitures à moteur à combustion interne d’ici 2035, l’industrie automobile est « condamnée »… à moins que les voitures électriques ne deviennent moins chères.

« Si les véhicules électriques ne deviennent pas moins chers, le marché s’effondrera »,

a déclaré M. Deboeuf à l’usine de Tremery, en France.

« C’est un grand défi. »

Eh bien, ce serait vraiment mauvais si les voitures électriques ne deviennent pas moins chères et si, à cause de cela, le marché finirait par se contracter.

Carlos Tavares
Carlos Tavares

Mais soyons plus réalistes. Le progrès technologique, d’une part, et une augmentation sans précédent de l’échelle de production, d’autre part, doivent se traduire par une baisse des coûts par unité de batteries et de voitures électriques. À cela s’ajoute toujours la concurrence entre les constructeurs, qui s’intensifie maintenant après des années de négligence des BEV par nombre d’entre eux.

Même Arnaud Deboeuf a noté que Stellantis vise à réduire les coûts de production des BEV de 40 % d’ici 2030 (avec cinq années supplémentaires avant l’échéance), ce qu’avait déjà laissé entendre Carlos Tavares.

Répandre la peur n’est pas du tout amusant, surtout dans les circonstances actuelles. Après tout, dans le pire des cas, la politique peut toujours modifier l’échéance pour faciliter la transition.

Stellantis-Group

Carlos Tavares a également souligné la question de la disponibilité limitée des matières premières :

« Alors que Stellantis se conformera à la décision, les décideurs politiques semblent « ne pas se soucier » de savoir si les constructeurs automobiles disposent de suffisamment de matières premières pour soutenir la transition. »

Une autre plainte concerne la disponibilité limitée des batteries à l’horizon 2024-2027, qui devrait favoriser les constructeurs asiatiques :

« Une plus grande demande de batteries pour VE entre 2024 et 2027 — la période avant que davantage de capacités européennes ne soient prêtes — profitera aux producteurs asiatiques et « mettra en danger » la production de cellules dans l’Ouest. »

Cependant, la question est de savoir pourquoi Stellantis n’a pas investi plus tôt dans des gigafactories de batteries ?

Source: InsideEVs

Pour Carlos Tavares, le passage à l’électrique se faisait déjà trop rapidement:

Vous allez kiffer:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.