Comment Tesla pourrait concurrencer Uber et Lyft?

Aujourd’hui, on va parler, du marché des VTC, d’Uber et Lyft et de comment Tesla pourrait chambouler toute cette industrie avec son propre service de voiture avec chauffeur.

Nous avons publié il n’y a pas si longtemps un article où l’on vous parlait des robotaxis, ces sortes de Uber autonomes qui sont en fait des voitures de particuliers mis à la disposition du grand public quand leur propriétaire n’en a pas besoin. 

Elon Musk avait annoncé que Tesla lancera son service de Robotaxis aussitôt la conduite autonome résolue. Mais que ce passerait-il si Tesla lançait son service de Taxis avant même que l’autopilote soit prêt, et avec des conducteurs humains ? 

Robotaxi
Crédit: https://www.axios.com/teslas-elon-musk-robotaxi-service-b59b0b30-3d5f-4f14-8858-71ad774d8514.html

Tesla entrerait alors dans le monde des services de VTC (Véhicule de Tourisme avec Chauffeur), un monde qui s’apparente plus à un duopole avec Uber et Lyft qui se partagent le marché américain en laissant des miettes à la concurrence. 

Alors, pourquoi Tesla se lance-il dans ce milieu impitoyable qui semble fermé à toute nouvelle concurrence ? Est-ce que Tesla sera à la hauteur et pourrait un jour concurrencer les deux géants?

C’est exactement ce qu’on va voir. Alors vous êtes prêts ? C’est parti !

D’abord le VTC, puis les Robotaxis

Si Tesla pourrait lancer un service de VTC dans un délai assez court, le paysage des robots-taxis est jonché de délais non respectés et de faux départs. De nombreux constructeurs automobiles s’attendaient autrefois à lancer des véhicules véritablement sans conducteur d’ici 2020, mais aucun n’a respecté les délais. 

Même Waymo, la filiale d’Alphabet (Google) censée être à deux mois du lancement commercial en novembre 2018, a retardé son lancement d’environ deux ans. Tesla a également dérapé sur ses échéances, ce qui suggère que le défi technique associé à la conduite autonome est intimidant.

Cela dit, Tesla dispose d’un avantage concurrentiel important : elle peut s’approvisionner en données de conduite réelles et déployer des tests réels de son système autonome à l’échelle. La flotte de Tesla – toutes les Model S, 3, X et Y équipées du système Autopilot aujourd’hui sur les routes – parcourt plus de kilomètres en une journée que la flotte de Waymo en un an. Tesla peut collecter plus d’exemples réels de défauts ou de cas particuliers plus rapidement que Waymo et peut ensuite tester ses solutions dans des conditions réelles sur environ un million de véhicules.

Bien que nous estimons que Tesla a déjà accès à plus de données de conduite que n’importe quelle autre entreprise dans le monde, les kilomètres de VTC pourraient être encore plus précieux pour Tesla car ils devraient imiter les futurs trajets effectués dans les Robotaxis. 

Un réseau de VTC donnerait à Tesla beaucoup plus de données pour former l’Autopilote. Sur la base des habitudes de conduite traditionnelles des voitures, ARK-Invest, un fonds d’investissement Américain qui a analysé ce sujet en profondeur, estime que Tesla aurait eu accès à plus de 40 millions de kilomètres de données de conduite par jour fin 2020. Selon leurs estimations, un service de VTC pourrait augmenter sa production annuelle de données de conduite en conditions réelles d’environ 70 % d’ici 2025.

ride
Crédit: https://ark-invest.com/articles/analyst-research/tesla-ride-hail-update/

Tesla aura par conséquent accès à un plus grand nombre de cas particuliers pour former ses réseaux neuronaux autonomes, ce qui pourrait lui permettre d’atteindre l’autonomie complète plus tôt que prévu. Un plus grand nombre de données de conduite réelle sera également essentiel pour convaincre les autorités de réglementation que le système autonome de Tesla est sûr. Pour démontrer que les performances de ses véhicules autonomes sont statistiquement supérieures à celles des conducteurs humains, Tesla devra fournir aux régulateurs des milliards de kilomètres de données. Les kilomètres parcourus en VTC pourraient réduire de plusieurs mois, voire de plusieurs années, le temps et la collecte de données nécessaires à l’approbation réglementaire.

Comment Tesla pourra concurrencer Uber et Lyft?

Elon Musk a déclaré fin 2019 qu’avant de lancer un réseau de conduite autonome, Tesla pourrait lancer un service de VTC avec des conducteurs, pour de bonnes raisons stratégiques. 

« Eh bien, je pense qu’il sera probablement logique d’avoir envie d’activer le covoiturage avant la flotte de robots-taxi car le VTC peut être effectué avant que la conduite entièrement autonome ne soit approuvée par les régulateurs. Donc, c’est probablement quelque chose que nous activerions avant qu’une sorte de flotte de robots-taxi ne soit activée »

La plus importante de ces raisons est, comme on l’a déjà démontré, qu’un réseau de VTC à conduite humaine pourrait permettre à Tesla de collecter des données de conduite réelles pour alimenter son système de formation à l’intelligence artificielle (IA) de la conduite autonome.

Outre les données d’entraînement de l’Intelligence Artificielle, un réseau à conduite humaine donnerait à Tesla quatre autres avantages concurrentiels par rapport aux autres acteurs du transport à domicile :

1) Des dépenses d’exploitation plus faibles ;

2) Un financement et une assurance plus efficaces ;

3) Des valeurs de reprise ou résiduelles plus élevées ;

4) Des prix plus élevés.

Maintenant nous allons voir chacun de ces points en détail.

1) Des frais d’exploitation moins élevés

Tesla 3 Toyota camry
Crédit: https://www.marketwatch.com/story/this-math-shows-teslas-model-3-is-cheaper-to-own-than-toyotas-camry-2019-04-17

Selon les recherches d’ARK-Invest, le coût de conduite d’une Model 3 est environ 30 % inférieur à celui d’une Toyota Camry. En d’autres termes, autant Tesla que ses chauffeurs de VTC pourraient bénéficier de coûts d’exploitation inférieurs à ceux d’Uber et Lyft.

cost

Le coût d’exploitation d’une Tesla Model 3 sera d’environ 16 cents par kilomètre, soit 30 % de moins que les 23 cents par kilomètre pour exploiter une Toyota Camry.

L’avantage de Tesla en termes de coût par kilomètre pourrait se traduire de plusieurs façons: un salaire net plus élevé pour les conducteurs, des prix inférieurs à ceux d’Uber et de Lyft, et/ou des frais de plateforme plus élevés pour Tesla.

2) Un financement et une assurance plus efficaces

Tesla aura probablement dans les prochaines années son propre service d’assurance et pourra offrir des taux plus bas pour ses conducteurs. 

Comme on l’a déjà souligné dans l’article sur l’assurance Tesla, grâce à sa capacité à collecter en continu les données de conduite de ses véhicules et à offrir des réductions pour l’utilisation de l’Autopilote, nous pensons que Tesla sera en mesure de proposer des tarifs inférieurs à ceux des compagnies d’assurance traditionnelles. 

Bien que Uber ne publie pas ses coûts d’assurance, en 2019, les réserves d’assurance à court terme d’Uber s’élevaient à 941 millions de dollars, soit environ 13 % du coût des services vendus pour l’ensemble de l’année. Le coût de l’assurance de Lyft, était aussi de 19 % du coût des services vendus en 2019. Pour l’assurance automobile personnelle, les tarifs de Tesla sont inférieurs de près de 30 % à la moyenne.

annual cost

Avec un réseau verticalement intégré, Tesla devrait être en mesure de proposer des conditions de financement attractives aux futurs conducteurs de véhicules de VTC, par exemple 7 000 dollars d’acompte, le solde étant payé par une partie des revenus des conducteurs sur le réseau. En d’autres termes, les conducteurs des véhicules Tesla pourraient rembourser l’achat de leur véhicule à la compagnie grâce à des retenues sur leur salaire de conducteur de VTC.

Les Model 3 d’occasion en leasing pourraient peupler le réseau dès le lancement. En outre, Tesla devrait être en mesure de financer ses propres véhicules, tandis que Uber et Lyft paient des frais – une autre couche de coûts – à des partenaires tiers. Alors que les prêts automobiles traditionnels sont risqués, Tesla pourra désactiver les véhicules de VTC, et potentiellement les récupérer de manière autonome, si les propriétaires cessent de les conduire sur le réseau.

3) Des valeurs de reprise plus élevées

Si le passé nous a appris une chose, c’est que la valeur de reprise des véhicules Tesla devrait être beaucoup plus élevée que celle des véhicules de VTC traditionnels

La Model 3 de Tesla a conservé 94,5 % de sa valeur en moyenne après un an, soit près 20 % de plus que les 79,9 % des autres véhicules en moyenne. Contrairement à TOUS LES AUTRES VÉHICULES QU’IL Y A SUR TERRE, les performances des Tesla s’améliorent avec le temps grâce aux mises à jour logicielles over-the-air et à l’Autopilot. 

Une Model 3 achetée en 2017, par exemple, peut rouler plus loin, plus vite et plus sûrement aujourd’hui qu’il y a 4 ans. Et ce, même en tenant compte de la dégradation de la batterie.

Par conséquent, les conducteurs de voitures de VTC de Tesla devraient bénéficier d’un véhicule qui non seulement améliore ses performances, mais conserve également sa valeur par rapport à ses homologues au fil du temps.

En outre, le système complet de conduite autonome de Tesla pourrait offrir aux conducteurs une certaine « protection de l’emploi » contre l’automatisation. Si Tesla transforme effectivement les véhicules de VTC en voitures entièrement sans conducteur, leurs propriétaires devraient continuer à percevoir un revenu au fil du temps, et ce sans conduire. Les anciens conducteurs de Tesla auraient alors investi dans l’équivalent d’une « licence de taxi autonome » à des prix défiant toute concurrence.

4) Des Prix premium

Enfin, Tesla pourrait facturer son service à des prix supérieurs, comme un Uber Select ou un Uber Plus qui sont de 1 à 4 dollars par kilomètre plus chers que UberX, selon la longueur du trajet et la région. Bien sûr, les chauffeurs d’Uber Select effectuent également des trajets Uber X, de sorte que le salaire net moyen est plus proche d’un dollar de plus par kilomètre. Les services haut de gamme déjà présents sur le marché laissent entrevoir des possibilités de segmentation de la clientèle, avec des taux d’acceptation plus élevés pour les voitures de luxe.

En fin de compte, le service de VTC Tesla pourrait être un désastre pour Uber et Lyft. 

Depuis leur introduction en bourse, ces 2 sociétés ne sont toujours pas rentables aujourd’hui, et encore moins depuis la pandémie. 

Uber-Lyft
Crédit: https://appleinsider.com/articles/20/08/20/uber-lyft-granted-reprieve-just-hours-before-shut-down-in-california

S’il devait lancer son service de VTC au cours de l’année prochaine, alors que les craintes de voir les métros et les bus bondés persistent, Tesla pourrait capitaliser sur la demande refoulée, peut-être en embauchant d’anciens ou d’actuels conducteurs d’Uber et de Lyft, en particulier compte tenu de leurs décisions respectives, avant et pendant la pandémie, de limiter les nouvelles demandes de conducteurs. 

Avec un meilleur potentiel de rémunération à domicile, sans parler du mode biodéfense, le réseau de VTC Tesla pourrait offrir une proposition de valeur intéressante à la fois aux conducteurs et aux clients au sortir de la crise du COVID-19.

Verdict

L’année prochaine, étant donné le nombre de chauffeurs Uber et Lyft en manque de travail après la crise du coronavirus, juxtaposé à la demande accrue des consommateurs pour des options de transport autres que les transports en commun, un réseau de VTC Tesla pourrait arriver à point nommé.  

Aujourd’hui, environ 13 millions de travailleurs indépendants américains perçoivent des allocations chômage à la suite de la crise du coronavirus, et la fréquentation du métro a chuté de près de 70 % à New York.  Le VTC pourrait également fournir un marketing gratuit axé sur les acheteurs potentiels de Tesla, en particulier dans les zones urbaines. Par conséquent, un réseau de VTC pourrait non seulement profiter aux résultats de Tesla, mais aussi répondre aux besoins du public pendant et après la pandémie.

Dans cet article, nous avons abordé comment Tesla pourrait causer la faillite d’Uber et de Lyft, juste avec un service de VTC avec des conducteurs humains. Je  vous laisse imaginer ce qu’il adviendra lorsque leur service de robotaxis sera mis en place. Spoiler: Adieu Uber et Lyft ! 

Et vous, vous en pensez quoi ? Est-ce que Tesla pourra faire de la concurrence aux acteurs historiques des services de VTC? Est-ce que Uber Lyft ont ce qu’il faut pour résister à la vague Elon Musk qui chamboule tout sur son passage quel que soit le domaine ?

A bientôt sur Tesla News France.

Vous allez kiffer:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.