Innovation médicale en vue: Neuralink a reçu l’accord des autorités pour tester son implant cérébral sur l’homme !

Elon musk et neuralink

Selon un communiqué de Neuralink, l’entreprise lance officiellement ses premiers essais cliniques sur l’homme pour un implant cérébral révolutionnaire. La société spécialisée en neurotechnologie a récemment reçu l’autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) de commencer à recruter des personnes pour ses premiers essais.

L’implant cérébral, testé sur les humains, permet aux personnes paralysées de contrôler des technologies externes en utilisant uniquement leurs pensées. Cette technologie a le potentiel de révolutionner le traitement de nombreuses maladies, comme la paralysie, la dépression et la maladie d’Alzheimer.

Spécialement pour les patients paralysés

La société recherche spécifiquement des patients atteints de quadriplégie due à une lésion de la moelle épinière cervicale ou de sclérose latérale amyotrophique (SLA) pour participer à ces essais novateurs.

Elon Musk, le fondateur de Neuralink, a partagé son enthousiasme sur les perspectives de la technologie en déclarant :

« Le premier patient humain recevra bientôt un dispositif Neuralink. À terme, cela pourrait permettre de restaurer les mouvements de tout le corps. »

Musk croit aussi fermement que Neuralink jouera un rôle majeur dans la réduction des risques liés à l’intelligence artificielle en améliorant la communication entre l’homme et l’IA de manière significative. 

A lire : Révolution Technologique : Elon Musk annonce des prothèses robotiques contrôlées par la pensée au prix de 54 000€!

L’étude PRIME : Un pas de plus vers la réalité du Cyborg

Ces essais cliniques initiaux prendront le nom d’étude PRIME, abréviation de « Precise Robotically Implanted Brain-Computer Interface » (interface cerveau-ordinateur implantée robotiquement).

Pour rappel, l’implant cérébral Neuralink est un petit dispositif qui est logé dans le cerveau. Il est composé de 1024 électrodes réparties sur 64 fils ultra-flexibles et ultra-fins. Ces électrodes enregistrent l’activité neuronale, c’est-à-dire les signaux électriques émis par les neurones. Ces signaux sont ensuite transmis à un appareil externe, tel qu’un ordinateur ou un téléphone.

Le but ultime de Neuralink est de permettre aux personnes souffrant de paralysie sévère de contrôler des technologies externes en utilisant uniquement des signaux neuronaux. Cela signifie que des patients atteints de maladies dégénératives graves comme la SLA pourraient potentiellement retrouver la capacité de communiquer avec leurs proches en déplaçant des curseurs et en tapant avec leur pensées.

« L’objectif initial de notre interface cerveau-ordinateur (BCI) est de permettre aux gens de contrôler un curseur d’ordinateur ou un clavier uniquement avec leurs pensées »,

a expliqué la société dans son article de blog.

A lire : Neuralink partage la vidéo d’un singe en train de taper des mots par télépathie grâce à un clavier virtuel

Neuralink fait partie de l’industrie en plein essor des interfaces cerveau-ordinateur (BCI), qui se concentre sur le décodage des signaux cérébraux pour les traduire en commandes pour des technologies externes.

Bien que plusieurs entreprises aient développé des systèmes similaires, Neuralink est devenue l’une des plus célèbres grâce à Elon Musk, qui est également le PDG de Tesla et de SpaceX. Il est important de noter que jusqu’à présent, aucune entreprise BCI n’a réussi à obtenir l’approbation finale de la FDA pour une telle technologie. 

Vous allez kiffer:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *